Ca s'appelle un Popins

Ce ne sont pas les occasions qui manquent pour chanter sous la pluie à vélo cet hiver. C'est plutôt l'envie. On part au boulot, à la bourre comme chaque matin, et au moment de donner le premier coup de pédale, on déclenche un des ces abats d'eau qui font regretter de s'être levé. On sort faire les courses à vélo, chouette une éclaircie, et on revient en poussant son deux-roues, chargé(e) comme une mule, le parapluie ouvert à la main, en luttant contre les bourrasques de vent.

Top