Rotor Q-Rings

Historiquement, les plateaux ovales existent depuis les années 30. En 1975, Shimano sortait son Biopace ovale… sans grand succès. Le plateau ovale est un concept qui disparait et réapparait depuis bientôt 80 ans. Pourtant, ils reviennent sur le devant de la scène avec Christopher Froome & Bradley Wiggins qui survolent le Tour de France avec un pédalier ovale de chez Rotor.

La promesse

Les deux fabricants leader du plateau ovale, le Français Osymétric et l’Espagnol Rotor, avancent des arguments de poids.

Un gain de 10 % de la PMA (puissance maximale aérobie, c’est-à-dire la puissance atteinte au seuil de consommation maximale d’oxygène). Concrètement, c’est une amélioration de 2 % de la vitesse qui est annoncée.

La forme des couronnes Q-Rings est particulièrement étudiée. Les Q-Rings vous permettront de gagner en puissance, en endurance, de réduire le stress articulaire sur vos articulations et une amélioration de la récupération. Egalement, la production d’acide lactique, responsable des crampes, serait réduite.

Les résultats ont déjà convaincu bon nombre de pratiquants: pédalage plus naturel, fatigue moindre en fin de course, muscles moins traumatisés, à vous d'essayer.

Le Principe

La première question est simple : pourquoi sont-ils ovales ? Au premier coup d’œil, les Q-Rings semblent ronds. C’est après quelques secondes que les plus observateurs le constatent.

Les plateaux ovales suppriment les points morts haut et bas que rencontrent les pédaliers ronds. Lorsque la pédale est à la verticale, la puissance de pédalage est coupée puisque la pédale n’agit plus comme force de bras de levier. Avec un plateau ovale, ce point mort est déplacé. Lorsque la pédale est à la verticale, le plateau est à son niveau le plus bas, facilitant le passage du point mort haut. Lorsque la pédale redescend, au moment où les muscles offrent le plus de force, la hauteur du plateau augmente, tirant ainsi le meilleur parti de cette puissance. Au final, le braquet est plus grand lorsque les muscles délivrent leur meilleure efficacité et un braquet plus petit lorsque l’énergie est réduite.

La gamme Rotor est déclinée en deux offres différentes. Les plateaux ovalisés Rotor Q-Rings présentent une ovalisation de 10 % (variation de +5% ou -5%.

  • Les Qrings sont adaptées aux coureurs fournissant une puissance moyenne. Avec une ovalisation contenue, les Qrings permettent de réduire la fatigue et offrent un pédalage en souplesse. Ils sont particulièrement adaptés aux efforts prolongés.
  • Quant aux QXL, qui se rapprochent des plateaux Osymetric, ils s’adressent aux coureurs puissants  qui fourniront une haute intensité lors des sprints et des montées en danseuse

Point commun entre le Rotor Qrings et QXL, leur dispositif de réglage de l’angle de la manivelle par incréments de 5° et sur 5 positions. Une caractéristique qui permet de disposer de l’angle optimal d’inclinaison du plateau, lorsqu’il offre le rapport de vitesse maximum.

Avez-vous le profil Rotor

Sur un trajet avec dénivelé, le concept de l’ovalisation devient évident. L’impression de grimper en emmenant gros est assez surprenante. Au fur et à mesure des sorties, les jambes s’habituent, et « l’après sortie » devient agréable : jambes moins lourdes. La transition vélo - course à pied est moins traumatisante.

Triathlètes, spécialistes du contre le montre et grimpeurs, les Q-Rings vous satisferont pleinement. La sensation de rendement accru est évidente. Rotor semble bien maîtriser la technologie de l’ovalisation. À noter d’ailleurs que ce sont les seuls plateaux ovales réglables du marché.

 

L’installation

Rotor permet d’avoir cinq positions possibles selon votre profil de coureur. Au montage il faut faire attention aux différentes positions possibles. A partir de la manivelle en position basse, le trou supérieur de l'étoile du pédalier doit correspondre au trou du plateau marqué au réglage choisi. Vérifiez bien qu'un ergot anti-déraillement est bien face à l'intérieur de la manivelle.


Les différents réglages. Il est conseillé de commencer en position intermédiaire soit 3. Bonne idée, et une autre bonne idée pour le non pointilleux, c'est d'y rester ! Mais si on est curieux, on peut changer pour les positions inférieures qui imposent un pédalage plus en force, ou vers les positions 4 et 5 privilégiant la vélocité ou la position "danseuse". C'est simple à comprendre. En position 1 ou 2, l'effort maximum intervient plus tôt et convient donc à ceux qui pédalent avec beaucoup de recul de selle et plutôt en force à la Hinault ou Ullrich. 4 et 5 pour les adeptes de la moulinette, pour les gens très avancés type triathlon ou chrono et pour les fanas de la danseuse. On peut panacher : petit plateau 4 car je monte souple et grand plateau 2 car je roule en puissance, ou l'inverse, c'est une question de feeling.

Il faudra s’accorder un temps d’adaptation avant d’avoir le sentiment de pédaler naturellement lorsque l’on passe d’un plateau rond à un plateau ovale (et inversement). Un essai préalable à l’achat est vivement recommandé.

 

Plus d’infos sur www.rotorfrance.com

  • Commentaires

0 Commentaires

Top